La loge P2

La loge P2 ou "Propaganda Due" était une loge maçonnique dépendant du Grand Orient d'Italie de 1945 à 1976, puis est devenue une loge maçonnique secrète (également qualifiée de loge « noire » ou loge « clandestine ») dont l’existence était illégale.

Dirigée par Licio Gelli, la loge P2 a été impliquée dans plusieurs affaires criminelles italiennes, dont la faillite de la banque Ambrosiano étroitement liée au Vatican, les assassinats du journaliste Mino Pecorelli et du banquier Roberto Calvi, et des affaires de corruption. Son implication dans la mort du pape Jean-Paul I a également été questionnée.

« Etat dans l’Etat », ou « gouvernement de l’ombre », la loge P2 a été découverte par les procureurs enquêtant sur Michele Sindona, un banquier lié à la Mafia et au Vatican1. Une liste de membres de la loge a été découverte dans la villa de Licio Gelli lors d’une perquisition en mars 1981, et contenait 962 noms, parmi lesquels d’importants représentants de l’Etat, plusieurs grands officiers militaires dont les chefs des trois branches des services secrets italiens. Silvio Berlusconi, qui n’était pas encore entré en politique, était sur cette liste. Victor Emmanuel, le prince héritier, fils du dernier roi d’Italie, y figurait également.

En juillet 1982, de nouveaux documents ont été découverts caché dans le double-fond d’une mallette appartenant à la fille de Licio Gelli, à l’aéroport de Rome-Fiumicino. Les deux documents étaient intitulés « Memorandum sulla situazione italiana » (Memorandum sur la situation italienne) et « Piano di rinascita democratica » (Plan de renaissance démocratique), et ont été considéré comme le programme politique de la P2. Selon ces documents, l’objectif de Licio Gelli était de former une nouvelle élite politique et économique pour diriger l’Italie, dans une forme de régime autoritaire de droite. La loge P2 défendait un programme de vaste corruption politique : « Les partis politiques, les journaux et les syndicats peuvent être les objets d’éventuelles sollicitations qui pourraient prendre la forme de manœuvres économiques et financières. La mise à disposition de sommes n’excédant pas 30 à 40 milliards de lires devrait être suffisante pour permettre à des hommes soigneusement choisis, agissant de bonne foi, de conquérir des positions clés pour un contrôle global. »

La commission d’enquête parlementaire présidée par Tina Anselmi a conclu que la loge P2 était une organisation criminelle secrète. Des allégations de relations internationales clandestines ont été en partie confirmées. Il s’agissait principalement de relations avec l’Argentine (Guerre sale et opération Condor) et certaines personnes liées à la CIA.


Notes

1 Michele Sindona: Membre de la loge P2, banquier et criminel italien que le pape Paul VI avait nommé conseiller financier du Vatican et membre du conseil d'administration de l'Institut pour les œuvres de religion. Il est mort empoisonné au cyanure dans sa cellule après avoir promis des révélations.